Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Bommier, Christophe François Pierre

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit

Fait partie de : Dictionnaire du clergé vendéen, XIIIe-milieu XXe siècle

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 18 octobre 1742

à Laval (Mayenne, France)

Filiations
  • Joseph Christophe, degré : Père, profession : Métier du commerce

  • Anne Rose Porée, degré : Mère

Décès

le 11 mars 1793

à Mormaison (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Ecclésiastique

Circonstances historiques

Contexte historique
  • 1789-1799
Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Prêtre assermenté

Notice biographique

Notice biographique

(° Laval, Saint-Vénérand, 18 octobre 1742 - + Mormaison, 11-03-1793).

Fils de Joseph Christophe Bommier, marchand (aubergiste) à Laval, et de Anne Rose Porée, mariés à Laval, Saint-Vénérand, le 13 janvier 1739. Deux sœurs, Marie-Louise et Anne. Un frère Pierre Bommier, né à Laval, même paroisse, le 21 octobre 1741.

Desservant de Mormaison depuis septembre 1781, après le décès du curé, Praud en juin, puis curé de la paroisse en janvier 1782. Célèbre, le 09-07-1787, à Palluau, le mariage Gourraud-Morisson.

A Laval, paroisse de la Trinité, le 14 octobre 1788 présent (célèbrant ?) au mariage de sa nièce Marie Girard, fille d’un négociant et de Marie Louise Bommier, avec Jean-Pierre Chauvin (« Christophe Bommier, curé de Moramison, oncle maternel »).

Assermenté.

Électeur du canton de Rocheservière en juin 1790 et septembre 1791. Président du directoire du district de Montaigu, en 1791 et 1792, non réélu à la fin ce cette année. Maire de Mormaison en 1793, démissionne en janvier, ne pouvant cumuler "deux places de fonctionnaires publics". Signe, à Saint-André-Treize-Voies, aux côtés de Dubucquois et de Desmolé, le 28-09-1792, lors de l’enterrement de Rapicault, curé constitutionnel.

Assassiné par les insurgés (ou bien se serait suicidé pour ne pas tomber dans leurs mains, au moment de l’insurrection). « Le curé de Mormaison, qui t’aimait comme son fils, s’est tué lui-même, plutôt que de souffrir d’être massacré par eux [les brigands] » - Lettre du conventionnel Philippe-Charles-Aymé Goupilleau de Montaigu à son fils, Omer, le 23-05-1793, de Fontenay.

Voir plusieurs lettres de lui dans la Collection Dugast-Matifeux

Notice rédigée par Jean Artarit

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Ministère

  • Curé

    Date de début : septembre 1781

    Date de fin : 1792

    Lieu : Mormaison (Vendée, France)

Vie politique

Fonction représentative ou mandat

  • Administrateur de département ou de district révolutionnaire

    Circonscription : Canton de Montaigu, Vendée

    Date de début : 1791

    Date de fin : 1792

    Président du district
  • Maire

    Circonscription : Mormaison, Vendée

    Date de début : 1793

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire